L’optimisation économique et écologique en systèmes poly-cultures - élevages herbivores et/ou en élevages herbagers passe par le développement et l'intégration de pratiques agroécologiques permettant de manière complémentaire et progressive :

1) Une gestion optimisée des prairies (naturelles, temporaires, en tout cas multiespèces) et des cheptels par un pâturage tournant dynamique ; avec comme objectifs à court terme d'assurer un équilibre optimal entre graminées/légumineuses et une valorisation maximale de la ressource en herbe par le pâturage des animaux, et, à terme, d'augmenter la pérennité et la résilience  des ressources herbagères ;

2) La mise au point de systèmes de cultures avec couvertures végétales, sans labour et à bas niveau d'intrants ; l'objectif étant la production de fourrages pour les périodes de pâturage limité, mais aussi de grains ou de protéines végétales à bas coûts pour complémenter le troupeau en production laitière et/ou en finition (agneaux, veaux, engraissement) quand cela s'avère nécessaire ;

3) La (ré)-introduction d’essences agroforestières utiles à l’élevage de ruminants (arbres fourragers et médicinaux, protection des animaux), au fonctionnement agro-écologique du système (engrais verts, couvertures du sol, remontées minérales, abris pour la biodiversité, etc.) et à la valorisation économique de l'exploitation (bois d’œuvre ou fruitiers) ; cela peut se traduire par des implantations agroforestières comme des arbres d'ombrage dans les prairies ou de haies coupes vents ou fruitières en bordure de parcelles ;

4) La sélection et l’adaptation de variétés de populations de graminées et légumineuses fourragères et des cultures annuelles (céréales et protéagineux) pour construire des systèmes vivants toujours plus autonomes vis-à-vis des intrants chimiques et adaptés à l'environnement local.

 

logoinnov eco2016